Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Coordonnées

ASSOCIATION DES PRESIDENTS D’HOSPITALITES FRANCOPHONES

Accueil Jean-Paul II

Domaine de la Grotte

B.P. 197

65106 LOURDES Cedex

    Téléphone : 07 823 943 22

Courriel :  bartolomeo.g@free.fr 

Webmaster :aphf.marie@hotmail.com 

       

 

 

 

6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 12:24

La Joie de la Conversion

 

 

Le texte de la méditation du Père Dubois

 


Que s’est-il passé en ce carême 1858 à la Grotte de Massabielle ? 156 ans plus tard on continue de venir Du monde entier en si grand nombre. Dans la majorité des pays de la planète la grotte de Lourdes est représentée. Le nom de Notre Dame de Lourdes est fréquemment donné à des paroisses, des sanctuaires ou des mouvements d’Eglise. Nul homme, fut-il d’Eglise, n’a imaginé Lourdes et son pèlerinage ?

Lourdes, son rocher, sa source et sa grotte nous dépassent tous. Il nous faut tous incliner la tête et le cœur pour comprendre et entrer dans le mystère de ce lieu où la grâce nous surprend toujours et continue de faire des merveilles.

Nous aussi, entrons dans ce carême avec la simplicité et le naturel de Bernadette. Les textes liturgiques de ce mercredi des Cendres nous invitent à la conversion c’est-à-dire à la vérité du cœur. L’Evangile de saint Matthieu nous parlent par trois fois d’être en secret, seul à seul devant Dieu, pour prier, jeûner et vivre la charité. Quittons la salle des miroirs, où nous faisons le beau devant nous-mêmes et devant les autres, pour être à Dieu seul, notre Père à tous, qui voit dans le secret ce que vaut notre cœur, comment il est tourné, vers qui ou vers quoi il est tourné. Un homme vaut ce qu’il vaut devant Dieu et rien de plus, disait saint François d’Assise.

Voilà bien ce que Bernadette vit en ces jours de misères qui la conduisent à la Grotte de Massabielle. Un lieu de misères où elle se rend pour soulager un peu de sa misère. Or voilà que Bernadette va voir ce lieu tout rempli de lumière. Elle va y boire une joie inexprimable et imprenable. Elle va découvrir où est la vraie misère plus terrible que la faim qui la tenaille et l’asthme qui la ronge... Misère du péché qui fait que notre cœur est détourné de Dieu pour être tourné vers nous, vers nos seules satisfactions ou ambitions personnelles, la plupart du temps au détriment des autres.

La lumière et la joie qui surprennent Bernadette au matin du 11 février 1858 prennent son cœur pour l’attirer dans ce bonheur infini du ciel venu à elle à travers cette belle Dame sortie du Rocher dans un coup de vent semblable à celui de la Pentecôte. La joie de la rencontre est joie de la conversion. Le cœur de Bernadette entre dans la joie de son cœur qui se tourne vers Dieu. C’est cela la conversion : se tourner vers Dieu. C’est cela la pénitence : tourner son cœur vers Dieu. Rien d’autre, rien de moins et rien de plus mais pas moins que cela.

Que c’est difficile pour nous de tourner notre cœur vers Dieu ? Nous sommes tellement plein de nous-mêmes. Comment garder notre cœur aimanté, fasciné par la beauté du ciel et par les merveilles que Dieu nous offre avec surabondance dans sa création comme dans sa Parole. Son Verbe est est allé jusqu’à se faire chair, à se faire petit enfant, de crainte de nous effrayer, et pour nous apprivoiser ?

Bernadette est de la même race des pécheurs que nous. Elle est surprise par cette visite du ciel qui désormais oriente son cœur vers la Grotte, dont elle dira que c’était son ciel. Mais comment un trou lugubre et sombre de misères peut-il devenir le ciel pour une enfant qui restera pauvre et malade ? Comment ce qui reste un trou humide malgré tous les aménagements peut-il faire espérer tant de monde depuis la venue de la Belle Dame.

La joie qui jaillit de cette grotte obscure en ce jour et tous les jours de rencontre est le secret de Bernadette. C’est la joie de la conversion. La joie de tourner son cœur vers la joie promise du ciel pour changer de vie, pour quitter ses habitudes orgueilleuses et égoïstes, pour tourner son cœur vers l’Amour en personne qui nous visite par Marie notre Mère.

Nous aussi, chers amis, durant ce carême osons tourner notre cœur vers Dieu pour changer de vie et connaître avec Bernadette la joie de la conversion. Prenons le temps régulier de la prière silencieuse afin de nous tenir dans le secret du cœur sous le regard de notre Père du ciel, non pour nous isoler de nos semblables. Dieu nous invite à goûter la joie de la conversion, la joie d’un cœur aimanté par lui parce que lui, Dieu, est aimanté par nous. «Nous sommes tout pour lui» et nous l’ignorons.

commentaires